Accident De Voiture Mortel Aujourd'hui

  1. Accident de voiture mortel aujourd'hui 2017

La Tesla modèle S était alors venue s'encastrer à pleine vitesse dans la remorque du véhicule. D'autres évènements de ce type ont eu lieu par la suite. En témoigne cette vidéo en caméra embarquée d'un accident survenu la même année avec une Tesla en Chine. Le véhicule n'avait alors pas repéré un camion arrêté sur la voie de gauche et l'a percuté de plein fouet. L'accident a été fatal au conducteur de 23 ans qui, au moment de l'impact, avait laissé la voiture conduire toute seule. Faut-il donc se méfier des véhicules autonomes? Ces véhicules sont-ils plus ou moins sûrs que ceux pilotés par des humains? " Il est difficile de répondre à cette question " commente Serge Piperno directeur scientifique de l'IFSTTAR (l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux est un établissement public, NDLR). " Les voitures autonomes actuelles sont testées sur des millions de km pratiquement sans accident " poursuit-il. Pratiquement car outre les accidents mortels précédemment cités, au cours desquels la voiture semble ne pas avoir détecté des obstacles, on note plusieurs occurrences de chocs légers avec pour conséquence de la tôle froissée.

Accident de voiture mortel aujourd'hui 2017

L'on se souvient encore de cette catastrophe routière au bilan lourd de 08 morts, 07 blessés graves et des dégâts matériels très importants survenue à Kissidougou, au PK 27 sur la nationale n 0 2, dans la localité de Koma, sous- préfecture de Niendè. C'était dans la nuit du 27 septembre dernier, aux environs de 23h30. Votre quotidien électronique Guinéenews© en a largement fait cas. Aussi n'allons-nous pas revenir sur les circonstances qui ont prévalu. Cet évènement malheureux a profondément marqué les témoins des faits et même au-delà, le pays tout entier. On le serait pour moins que ça! L'opinion s'en est largement emparée, cherchant à démêler l'écheveau que cet accident a imprimé dans les esprits. Et comme c'est le cas en pareilles circonstances, chacun est impatient de savoir ce qui s'est réellement passé et surtout, qui des protagonistes est mis en cause. Et bien, cette attente est aujourd'hui comblée. L'énigme ou ce qui semblait l'être dans ce drame est désormais résolu. Le dossier est clos.

Sans parler de la cybercriminalité (ou cyberterrorisme) qui pourrait prendre un contrôle malveillant de voitures à distance. Sinistralité divisée par deux D'après une récente étude Exton Consulting, la voiture autonome pourrait diviser par deux la sinistralité automobile. Ceci étant, cette étude estime que les accidents seront néanmoins beaucoup plus chers en raison de l'inflation des prises en charges médicales mais également du fait des voitures autonomes qui sont beaucoup plus chers que des voitures classiques. Mais, le dernier enjeu de la voiture autonome sera de convaincre les consommateurs que la voiture autonome est beaucoup plus sûre que la nature humaine. Seront-ils seulement prêts à accepter qu'elle ne le sera jamais totalement? Suivez La Tribune Partageons les informations économiques, recevez nos newsletters

TECHNO - C'est une triste première. Le constructeur automobile Tesla a annoncé jeudi 30 juin que les autorités américaines avaient ouvert une enquête après l'accident mortel d'une voiture électrique Tesla équipée d'Autopilot. Ce système, qui permet à la voiture de s'auto-conduire ou d'effectuer seule des manœuvres, était activé lorsque l'accident est survenu, le 7 mai sur une route de Floride (sud-est). L'agence américaine de la sécurité routière (NHTSA) a précisé dans un communiqué que l'accident était survenu lorsqu'"un camion a pris un tournant à gauche en face de la Tesla à une intersection". "Ce que nous savons, c'est que le véhicule était sur une autoroute à double sens avec Autopilot activé quand un poids lourd s'est mis perpendiculairement à la Model S. Ni Autopilot ni le conducteur n'ont détecté la manœuvre du poids lourd (... ) donc les freins n'ont pas été enclenchés", a précisé Tesla de son côté. Dans cet "examen préliminaire", la NHTSA "va examiner la conception et le fonctionnement des systèmes de pilotage automatique qui étaient en utilisation au moment de l'accident".

Quant aux piétons, il n'est pas exclu que certains s'amusent à se mettre volontairement devant juste pour s'amuser à la voir piler. " Un comportement qu'ils n'auraient jamais eu avec un véhicule piloté par un humain aux réactions moins prévisibles...

  • Accident de voiture mortel aujourd'hui francais
  • Quelques incidents à Argenteuil au quatrième soir après la mort d'un jeune dans un accident de moto — RT en français
  • Un premier accident mortel à bord d’une voiture «autonome» | Le Devoir
  • Canoe gorges du tarn
  • Ao, le dernier néandertal
  • Accident de voiture mortel aujourd'hui les
  • Uber freine son projet de voiture autonome après un accident mortel
  • Hotel de la cloche geneva
  • Accident de voiture mortel aujourd'hui des
  • Accident de voiture mortel aujourd'hui
  • Accident de voiture mortel aujourd'hui belfort

Et c'est là toute la difficulté des véhicules autonomes. Pour apprendre à réagir correctement en présence d'un obstacle, ils doivent s'y confronter et donc évoluer en milieu urbain, c'est à dire dans un milieu plus accidentogène. Techniquement, cela n'est pas un obstacle insurmontable tant qu'un humain se trouve assis sur le siège conducteur pour pallier les éventuelles erreurs de la machine (bien que cela ne suffise pas à éviter un accident mortel, comme le drame de Tempe vient de nous le montrer). Mais est-on prêts à lâcher dans nos villes des véhicules auto-pilotés dans lesquels l'humain n'aurait plus accès du tout aux commandes? " Cette question nous amène au coeur d'une problématique clé des véhicules autonomes: l'acceptabilité de cette technologie " reprend Serge Piperno. " Un accident comme celui qui vient de se produire à Tempe, il s'en produit des milliers chaque année aux États-Unis entre des voitures conduites par des humains et des piétons. " En France, les derniers chiffres de l'association prévention routière font état de 499 piétons tués par des véhicules en 2015. "

Ainsi, Google avait publié en 2015 la liste d'une dizaine d'accidents légers survenus avec ses Google car sur le terrain. Un apprentissage qui implique une prise de risque On pourrait donc considérer que les véhicules autonomes, qui présentent un nombre de tués très faible au vu du nombre de kilomètres parcouru, sont bien plus sûrs que les véhicules pilotés par des humains. " Sauf que ces chiffres en eux-même ne veulent pas dire grand chose " analyse Serge Piperno. " J'ai envie de rapprocher ces tests de la conduite accompagnée des jeunes, poursuit-il. Si vous emmenez l'apprenti conducteur sur des autoroutes où il ne se passe rien, et où il n'aura rien d'autre à faire que de rester dans sa file en ligne droite, il n'aura au final pas appris à conduire ". Car c'est effectivement au milieu des villes que le conducteur est le plus confronté au véhicule qui refuse une priorité, à la portière qui s'ouvre, au piéton qui traverse sans prévenir ou au vélo qui change de file brutalement. Bref, à l'imprévisible.

Les accidents de la route en France Selon le site de la sécurité routière du gouvernement de l'Intérieur, les chiffres des accidents corporels en France Métropolitaine sont en constante baisse depuis 1972, le port de la ceinture ayant été obligatoire au 1er janvier 1973. L'année 2010, malgré une augmentation de trafic de l'ordre de +1, 9%*, a vu passer la mortalité sous la barre des 4000 tués: inédit depuis 1948 alors que le trafic motorisé a été entre temps multiplié par plus de 27. Lire aussi: Sécurité routière: le casque de vélo est obligatoire pour les enfants

La collision a eu lieu lorsque la femme traversait la rue, en dehors d'un passage piéton. D'après les premiers éléments fournis par la police, le véhicule roulait à 65km/h et n'a pas freiné avant de percuter la piétonne. Un conducteur était pourtant à bord lorsque l'accident a eu lieu, comme l'oblige la loi américaine, mais la voiture était bien en mode conduite autonome au moment de l'accident. L'enquête se poursuit pour établir la responsabilité ou non du conducteur. Depuis cet accident, Uber a décidé d'interrompre ses activités et pourrait donc repousser son objectif de mettre en route un taxi autonome en 2019. Une remise en question de la voiture autonome? L'accident qui a eu lieu dimanche est une très mauvaise publicité pour la voiture autonome, d'autant plus que ce n'est pas le premier. D'autres cas ont été répertoriés en 2016, comme la collision entre une Google Car et un bus ou l'accident d'une Tesla Model S, rentrée à pleine vitesse dans l'arrière d'une remorque de camion, causant la mort du conducteur.

Accueil Tech Accident mortel en Uber autonome: la voiture a vu la victime et a choisi de l'ignorer L'accident mortel causé par une voiture autonome de la société Uber n'est pas lié à un défaut de vision du véhicule, mais plus à un choix du système d'ignorer la victime. D'après le média américain The Information, Uber sait désormais pourquoi une de ses voitures autonomes a eu un accident avec une piétonne traversant la route, causant sa mort. L'événement tragique n'aurait pas été lié à un défaut de vision du véhicule: les nombreux capteurs qui équipent les taxis autonomes de Uber actuellement en test sont en effet parfaitement capables de voir dans la nuit. L'association de caméras, lidars et radars est infiniment plus puissante que l'œil humain. Dès lors, le problème viendrait de la configuration du logiciel et notamment de sa capacité à juger qu'un événement sur la route est un faux positif. En effet, les véhicules autonomes, ceux d'Uber compris, sont équipés de systèmes qui leur permettent de ne pas réagir si des formes détectées ne présentent pas de danger (pensez à des feuilles qui voleraient sur la route, un sac en plastique ou même un piéton qui attendrait immobile sur la route juste à côté du trottoir).